L'autopalpation : Pourquoi/Comment ?

Dernière mise à jour : 3 août


L'autopalpation, pourquoi comment

Je n'ai pas franchement envie de me palper les seins. Et d’abord à quoi ça sert ? Est-ce que c’est vraiment efficace ?

Combien de temps ça prend ?

Et puis comment on fait ?


Autant de bonnes questions,

Autant de bonnes raisons derrière lesquelles nous nous cachons pour ne pas pratiquer l'autopalpation.

Et pourtant ...



Qu’est-ce que l’autopalpation ?

C’est un examen très simple à réaliser et qui ne demande que quelques minutes chaque mois.

Cet examen est pratiqué par la femme elle-même.


Qu'est-ce que l'autopalpation

La femme se connait. Elle est la mieux placée pour avoir un référentiel de la morphologie et de la consistance de ses son propre corps et de ses propres seins.

L’autopalpation va lui permettre d’être alertée rapidement par tout changement ou toute anomalie.


Elle devra alors consulter rapidement son gynécologue ou son médecin généraliste.

Attention !

Cet examen n’est pas un autodiagnostic. Il ne dispense pas de la visite annuelle chez son gynécologue.

Ce dernier, reste votre interlocuteur privilégié. Il pratiquera lui aussi une palpation des seins.

Une mammographie vous sera également prescrite selon votre âge, vos facteurs de risques, vos antécédents…


Que m'apporte l'autopalpation ?

Si je repère un changement dans un de mes seins, je contacte rapidement mon médecin.

Si cette palpation entraine la détection d’un cancer :

  • Celui-ci sera repéré à un stade précoce ce qui permettra une prise en charge plus rapide. Or, les études montrent que plus un cancer est détecté tôt, plus on a de chance de guérison. Ainsi, les lésions détectées à moins de 1 cm permettent une guérison dans 90% des cas.

  • Pris à temps, le traitement pourra être moins invasif. Par exemple, la mastectomie pourra être évitée et le sein conservé. La qualité de la vie après le cancer sera donc moins impactée. L’image de la féminité et l’estime de soi seront mieux préservées.

  • Dans le temps, cette prise en charge précoce diminuera également le risque de récidive.

Si aucune étude n'a réellement démontré l’efficacité de l’autopalpation, celle-ci a le mérite de pousser la femme à se surveiller et à consulter dès la moindre suspicion.


Quand pratiquer l’autopalpation ?

L’autopalpation est préconisée à partir l’âge de 25 ans.

Nous vous conseillons de palper vos seins 1 fois par mois, après vos règles lorsque vos seins ont retrouvé leur volume et leur consistance habituelle. (Avant les règles, les seins peuvent être différents : gonflés, durs, voir même douloureux.)

Cet examen doit être réaliser toujours au même moment de votre cycle pour garder le même référentiel.

Cet auto-examen dure environ 5 minutes et ne doit pas faire mal.


Comment pratiquer l'autopalpation ?

Comment s’y prendre ?

Vais-je vraiment pouvoir repérer quelque chose ?

Et si je me trompe ?

Pour réaliser une bonne autopalpation, il faut suivre plusieurs étapes.


Pour commencer, positionnez-vous debout ou assise devant un miroir.

Le but est de voir vos seins lorsque vous avez les bras le long du corps et le dos droit.


Ensuite, examinez visuellement vos seins bras pendants, puis bras levés.

Voyez-vous une asymétrie non-habituelle ?

Un gonflement en dehors de vos périodes menstruelles ?

Des rougeurs ?

Observez également votre mamelon à la recherche d’éventuels écoulements anormaux, de croutes, de crevasses etc… Tout ce qui vous semble différent est à noter.

Désormais, passons à l’autopalpation

  • Levez le bras gauche, puis palpez avec délicatesse votre sein gauche à l’aide de vos trois premiers doigts de la main droite (nous vous rappelons que l’examen doit se faire sans douleur)

Autopalpation, étape 2

  • Effectuez des petites pressions avec le bout de vos doigts en partant de l’extérieur de votre sein jusqu’à l’intérieur en effectuant une spirale afin de détecter si vous sentez des masses, des douleurs ou des démangeaisons.N’hésitez pas à remonter jusqu’à la clavicule.


  • Continuez en remontant petit à petit jusqu’à votre aisselle en effectuant des lignes horizontales partant de l’aisselle jusqu’au sein. Pensez aussi à palper avec vos doigts l’intérieur de l’aisselle de haut en bas puis de bas en haut.

  • Recommencez ce processus sur votre sein droit.

Autopalpation, dernière étape

  • Enfin, il est également important d’examiner son mamelon. En effectuant des légères pressions, vérifiez qu’aucune douleur ne se fait ressentir, et qu’aucun écoulement ne se produise. Si vous remarquez un écoulement : pensez à consulter un professionnel de santé peu importe l’aspect du liquide.



Lorsque vous avez effectué toutes ces étapes, votre auto-examen des seins est terminé.

  • Si vous n’avez rien trouvé, c’est une très bonne chose pour vous mais cela ne vous dispense pas de votre visite habituelle chez votre gynécologue. Nous vous conseillons de reproduire cet examen au moins une fois par mois.

  • Si vous avez détecté une anomalie, pas de panique : de nombreuses pathologies non-cancéreuses peuvent en être la cause. L’important est de l’avoir remarqué par vous-même, cela vous aura permis de gagner un temps non-négligeable sur votre diagnostic. Prenez rendez-vous rapidement avec votre gynécologue ou médecin généraliste afin d’effectuer des examens plus poussés.

  • Vous ne pouvez pas réellement vous tromper, c’est un examen complémentaire à votre suivi gynécologique alors ne vous inquiétez pas et ayez confiance en vous. Au moindre doute, consultez votre médecin.

Parlez-en autour de vous

L’autopalpation est très importante mais malheureusement pas encore assez pratiquée.

Lors de sorties entre amies ou de moments en famille, incitez vos proches à effectuer ce court examen qui peut leur sauver la vie !


 

Pour connaître les nouveautés, inscrivez-vous auprès de Unique et Féminine Cournon

28 vues0 commentaire